Recherche

Médias de masse

Le film a-t’il une aura ?

Hello ! Je souhaitais faire un retour par rapport à l’article de imjacksblog à propos de l’aura des films. ♥

« L’aura d’un film repose en l’effet qu’il crée chez celui qui le regarde et qui en fait l’expérience. Les émotions qu’il propose, les souvenirs qu’il fait naître en son spectateur. » A mon avis, un film n’a pas plus ou moins d’aura que n’importe qu’elle histoire : le récit oral d’une personne ou l’histoire écrite sur un livre a autant d’aura : seul change le support. Qu’a t’il de spécial ? Il est immatériel ? L’histoire écrite dans un roman non plus, le support n’a aucune valeur, c’est la valeur affective (qui dépend de notre histoire personnelle) qui lui apporte de la valeur, en fonction de ce qu’elle reflète en nous et ce à quoi elle fait écho.

Le cinéma n’a a mon avis pas plus de valeur ajoutée par rapport à un livre, hormis le fait qu’il puisse être partagé avec d’autres personnes. Le son et l’image n’ajoutent pour moi pas spécialement de valeur à l’histoire : elle peut permettre de le rendre plus réaliste, tout autant que pourrait l’être une description. Le cinéma muet ou par exemple les séries audio (comme le donjon de Naheulbeuk) n’ont qu’une seule de ces composantes et cela n’empêche pas les auditeurs et les usagers d’en ressentir des émotions. L’affirmation « Oui, on peut le posséder. » n’est à mon sens pas possible : on peut posséder un DVD mais pas son contenu.

« Le film proposera une ligne directrice, certes, et il est en ce sens, beaucoup moins subjectif qu’une peinture par exemple. » A mon avis, un film et une peinture ne sont pas comparables : Une peinture représente un instant précis, tandis qu’un film tente à raconter une histoire, décrire une situation, ses causes et ses conséquences…

« Il sera interprété d’une foule de manières. Le moment, l’endroit, l’état d’esprit de ceux qui le voient et l’époque influent sur la perception de cette œuvre d’art qu’est le film. »

« C’est un art que tout un chacun peut s’approprier. Que tout un chacun a, à notre époque et dans le monde occidental dans lequel on vit, le droit et la facilité de le consommer. » Je ne suis pas sûre que tous puissent se l’offrir, étant donné les conditions de vies de nombreuses personnes dans de nombreux pays du monde… Visionner un film nécessite de posséder un support permettant le visionnage, un écran, ainsi que des enceintes. En fonction de ceux-ci, il sera déjà plus ou moins possible d’apprécier le film. Là est le problème à mon avis : on consomme en effet un film, celui-ci n’est jamais gratuit, le cinéma est tout de même cher, peu de bibliothèques proposent des locations de films et celles-ci sont restreintes :/

Je suis entièrement d’accord avec le fond du texte : Le film a en effet une aura mais pas plus que n’importe quelle oeuvre d’art.

Publicités

La publicité

Je souhaitais revenir sur l’article de yumingweb à propos de la publicité omniprésente dans notre quotidien. Je suis entièrement d’accord sur le fait que la publicité influence notre quotidien. La pub rythme même notre vie, créant des habitudes : en attendant dans le métro, attendant le bus etc, j’ai pris l’habitude de regarder les nouvelles publicités

La publicité influence la consommation mais est-elle à développer ou à proscrire ? Elle favorise les emplois (dans la communication) et permet de développer des entreprises mais ne crée elle ainsi pas de la surconsommation, indiquant aux usagers qu’ils ont besoin d’un objet pour leur bonheur ? « Elle fortifie toujours la demande de la personne » Je pense que dans certaines conditions, la publicité crée la demande :

« Le vêtement n’est que le costume,  » Je suis d’accord sur le fait qu’il est nécessaire d’avoir un vêtement mais je souhaite souligner que bien que se vêtir est essentiel (pour survivre : ne pas avoir froid etc), s’habiller est un choix et avoir un style vestimentaire particulier est un choix personnel. Les gens sont souvent dans le paraître : pour être reconnu et accepté dans la société, il faut se conformer à un style très défini. C’est valable dans de nombreuses sociétés (uniformes) ou certains milieux (vêtements obligatoirement de marque lors de grandes réceptions, cocktails, oscars etc).

« il n’y a pas de la différence entre la grande marque et la sous-marque. » Je souhaite mettre un bémol sur cette affirmation : la majorité des petites marques n’ont pas les moyens de faire beaucoup de publicité. De nombreuses grandes marques partagent une même publicité partout dans un même pays, faisant ainsi de l’ombre aux petits commerces, parfois plus accessibles et plus proches des consommateurs.

Lorsque des marques font beaucoup de publicités pour se faire connaître, elle font de la désinformation : non seulement plusieurs marques montrent le même type de produit afin de démarcher de nouveaux clients et ne se démarquent pas de la concurrence mais de plus, ces publicités font diminuent les messages de certaines affiches à but informatif : à force de trop voir d’information, celle-ci perd son importance 🙂

 

Couche tard et lève tôt, se rencontrent dans le premier métro ♫

Petit article sympa pour les couche tard 😉

http://www.atlantico.fr/decryptage/quelle-est-meilleure-heure-pour-aller-se-coucher-que-scientifiques-en-savent-1796698.html

La séduction

L’ambiance de proximité est favorisée par les réseaux sociaux : la distance physique entre les personnes s’estompe. Chaque entreprise gère son image de marque, c’est à dire la manière dont elle est perçue par les clients (la marque Guess a d’ailleurs une mauvaise image de marque car considérée comme trop vulgaire). Chaque entreprise crée donc une façade pour le public afin de se montrer bien sous tout rapport, comme si elle portait un costume d’apparat. Ce choix est dû à la pluralité de choix dans notre société actuelle. La vérité est toute autre…

Le but est de charmer le client par son originalité (Innocent et ses blagues – possédé à 58% par Coca-Cola), par son « produit dans le pays » (Michel et Augustin en France – possédé à 40% par Danone) sa simplicité (Apple : son logo simple alors que celle-ci n’est en rien et son nom très usuel) –> On séduit en rapprochant les consommateurs des fabricants – les réseaux sociaux permettent d’avoir un contact direct avec l’entreprise (qui sont en fait des personnes au service communication, pas forcément situés dans le même pays d’origine). –> Les gens cherchent aujourd’hui du personnalisé (télévision & films, produits, services etc)

graphiste-freelance-95-e1450352971695.png

« Substituer le libre choix à la contrainte uniforme ». Les marques choisissent non pas de produire des produits parfaits pour une petite partie de consommateurs mais moyens et pouvant convenir et être achetés à une plus grande échelle. Cela nécessite donc plus de communication : de nombreuses campagnes de publicité ciblant chacune un type de client va être créé afin de séduire le maximum de clients potentiels.

Le travail a désormais les horaires de bureau que l’on s’impose (les formations elles-mêmes permettent un accès 24h/24 et 7j/7 afin que les étudiants puissent être autonomes et trouver eux-mêmes leurs horaires où ils sont le plus productifs (c’est le cas ici, à l’UQAT, mais aussi dans d’autres école comme l’école 42). Cela avait d’ailleurs fait polémique du fait que ces diplômés ne convenaient pas à des entreprises dites standard.

Concernant le culte de la personnalité, c’est aujourd’hui extrêmement le cas : les personnes connues sont majoritairement non des personnes qui ont prouvé ou démontré des faits mais des personnes qui, grâce à leur parcours et à leur égo ont réussi à « percer » : acteurs, chanteurs, politiciens… Les personnes sont connues non pas pour leurs compétences mais pour leur personnalité (politiques), leur physique (la plupart des chanteurs sont connus parce qu’ils dansent bien et qu’ils « font le show ») ou leurs actions humanitaires (acteurs). Vous pensez que ce n’est pas le cas ? Demandez aux personnes que vous côtoyez de vous citer 10 musiciens célèbres (Difficile) Puis de citer 10 chanteurs/chanteuses connus (Facile). De manière objective, combien trouvez vous de chanteurs/chanteuses ayant utilisé leur physique pour se faire connaître ? Même les chanteuses en surpoids (contraire des normes de beauté féminine en ce moment) utilisent leur physique et portent des tenues glamour afin de paraître et séduire, encore une fois.

Je trouve ce chapitre plutôt vrai même si certains passages semblent démodés (le walkman a laissé place à l’ipod, le jerk à la musique électronique etc).

Cependant, je ne considère pas que la micro-informatique puisse être une « nouvelle vague de la séduction » et puisse passer de mode. Je pense au contraire que ce n’est que le début de l’informatisation : services de plus en plus informatisés, remplaçant même l’homme (supermarché) et produits faits de manière industrielle nécessitant moins de personnel.

Photos : Source de la pomme, Source des multinationales

Produit mass-médiatique : Game of Thrones

Je tiens à préciser que la personne réalisant ces vidéos est membre du fil d’actu (chaîne youtube d’actualité politiquement non engagée) mais est personnellement politiquement engagée 🙂

Je souhaitais faire un rapprochement entre sa critique des personnages de game of thrones par rapport à notre politique actuelle.

Premièrement, sa critique de Peter Baelish « Vouloir le chaos pour le plaisir du chaos ce n’est pas une option de gouvernement » et « Il ne pourrait pas exister sans la crise » ainsi que son rapprochement avec une personne qui profite de la nostalgie du peuple m’a fait penser à « Make America great again ».

7 raisons pour lesquelles tant d’hommes ne comprennent pas le consentement sexuel

Article très intéressant ^^

7 raisons pour lesquelles tant d’hommes ne comprennent pas le consentement sexuel

Viol et petits détails persos

Je ne sais pas pourquoi mais j’avais besoin d’écrire alors, voilà. Ce n’est en aucun cas un appel à l’aide. Je souhaitais parler d’un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur. Je profite de cette plateforme « anonyme » mais aussi où des personnes lisent des articles (parce que oui, j’avais créé un blog anonyme où je laissais des poèmes mais je n’ai eu que 2 personnes qui m’ont un jour répondu, c’est un peu déprimant XD). Si vous souhaitez poser des questions, je n’ai aucune gène pour en parler, par blog ou par oral. J’ai juste tendance à ne pas en parler spontanément 🙂

Depuis mon arrivée, j’ai eu pas mal de soucis que je ne peux gérer alors j’essaie au moins de gérer les effets que j’ai encore, oui, 9 ans après ; parce qu’une cicatrice ne part jamais vraiment.

Il y a maintenant bientôt 9 ans, j’ai été attouchée sexuellement par un homme du double de mon age. C’était dans un lieu clos (en l’occurrence un bus) et j’étais seule. J’ai porté plainte, l’affaire a été porté jusqu’au tribunal et fin de l’histoire.

Mais en fait non, c’est pas un livre que l’on peut refermer et oublier dès que l’on est arrivé à un moment choquant. J’ai développé une angoisse permanente, mes sens du toucher et mon ouïe se sont affûtées : je ne supportais pas que l’on puisse me toucher (impossible pour moi de serrer quelqu’un dans mes bras) et je me sentais sans cesse suivie, partout. Je ne me sentais en sécurité nulle part, pas même chez moi. J’ai développé un toc, que j’ai encore parfois aujourd’hui, ai des crises d’angoisse à cause de la solitude, ai eu une dissociation corps/esprit, avais sans cesse des flash-back et j’en passe 🙂

Ici loin de tout, je me sens protégée : je peux enfin avoir un chez moi où je me sens en sécurité (du fait de son ignorance). Il y a deux ans, j’ai appris par une conseillère que les conditions faisaient de cette histoire un véritable viol (espace fermé et il en avait l’intention). Cela m’a permis d’avoir la reconnaissance de ma souffrance et de ne pas sans cesse avoir le refrain de « pourquoi j’ai tout ça, il ne m’a même pas violée ». J’essaie désormais d’avancer et de résoudre tous ces problèmes « secondaires » qui rendent ma vie encore infernale.

De nombreuses personnes ne souhaitent pas forcément en parler ou ne l’avouent jamais à aucun proche. A l’époque où cela s’est passé, presque personne ne l’a su pour moi. Personnellement, je parle de mon expérience dès que je le juge utile pour quelqu’un. J’ai rencontré à mon avis beaucoup trop de personnes à qui cela est arrivé et qui n’osent pas. Malheureusement, à force d’enfouir ou d’ignorer et d’attendre, la cocotte explose. En fait, cet article se cale par rapport à l’article du livre proposé la semaine dernière et est en quelque sorte l’avis que je n’avais pas le courage d’écrire à ce moment.

Produit mass-médiatique : Perdue et retrouvée

Auteur : Cat Clarke

Faith a 17 ans, est en couple avec Thomas et a une meilleure amie, Martha. Il y a 13 ans, sa sœur Laurel a été enlevée. Depuis, sa famille n’a de cesse de la retrouver. Ses parents se sont séparés et son père a un compagnon. Sa mère n’arrête pas de faire des interviews et de faire connaître son histoire.

Laurel est retrouvée devant leur ancienne maison, sa peluche à la main.

  • Résumé complet

Lorsque Laurel est retrouvée, Faith est surtout jalouse mais Laurel est d’une gentillesse exemplaire. Les deux sœurs apprennent à se connaître. Une vague médiatique s’intéresse à Laurel ; comme toujours, Faith reste dans l’ombre. Étant très jolie, elle est très adulée. Elle gagne pas mal d’argent sur son compte perso.

Laurel apprend de plus en plus de choses : son ravisseur appelé Smith leur apprenait des choses pour qu’elle ne soit pas ignorante et leur avait même donné un vieil ordinateur sans wifi et leur montrait des films. Elle savait donc lire et écrire. Elle marchait de temps en temps dans la forêt mais impossible de s’enfuir. Faith apporte des réponses à presque toutes ses interrogations. Laurel ne sait même pas comment se faire des amis.

Laurel a été adoptée. Elle refuse de nombreuses fois aux policiers qu’ils prennent leur sang.
Sa peluche Barnabé a beaucoup souffert, il lui manque un bras. Une fois, Faith surprend Laurel qui ne va pas chez sa psy mais qui s’en va de l’autre côté (comme pour aller chez Thomas)

Faith a des doutes sur Thomas. A une soirée surprise organisée par la mère de Thomas, Faith surprend Laurel et Thomas qui s’embrassent.

Le lendemain, Laurel s’enfuit de la maison. Faith lui demande ce qu’elle a et pourquoi elle a prit tout son argent et Laurel lui propose de la suivre. Laurel l’amène à une cabane recluse. Laurel n’est pas Laurel, elle s’appelle Sadie mais a vécue pendant des années recluse avec Laurel. Sadie n’a plus aucun souvenir de sa famille et a décidé de se faire passer pour Laurel pour avoir une famille, connaissant tous les détails de son enfance. Tout ce qu’elle a raconté sur ce qu’elle a vécu est vrai. Laurel était fragile, un jour elle ne s’est pas réveillée. Smith l’a forcé à l’enterrer. Elle a réussi à garder Barnabé. Un jour elle a réussi à le tuer. Elle est restée dans la cabane un moment, jusqu’à ne plus rien avoir à manger.
Laurel lui apprend qu’elle avait besoin d’embrasser Thomas pour que Faith la déteste et pour savoir réellement ce que c’était d’embrasser quelqu’un qui n’était pas Smith.

Laurel est partie en laissant un mot pour les parents de Faith, disant qu’elle souhaitait découvrir le monde et être anonyme. Faith et Thomas ne se parlent plus.

Faith était visée par le kidnappeur mais Laurel s’est interposée et l’a poussée pour avoir la glace à sa place.

Sur un livre d’une journaliste considérée comme méchante par sa famille, elle se rend compte que sa sœur est la seule dont la disparition a été médiatisée. Elle trouve une trace de la famille de Sadie, sa mère et sa sœur l’attendent.

  • Mon avis
Le sujet du kidnapping, des enfants enlevés, ainsi que du viol est très peu raconté dans les livres, surtout ici pour ados/jeunes adultes.
Il reste cependant réel et tous ferment les yeux à ce propos.

La méthode Konmari

Ancien article que j’ai rédigé en août dernier mais qui reste pertinent et dans le lien de mes articles précédents :

49b8e3a719fe28a3333465993b4f2012.jpg

 Souhaitant réduire mon nombre de vêtements avant de partir au Québec, j’ai cherché une liste et suis tombée en janvier dernier sur le site d’unfancy qui m’a fait découvrir le concept de Capsule Wardrobe (peu de vêtements et de chaussures mais bien choisis et assortis pour durer 3 mois ; passé ce délai, on change ^^). Le concept me plait bien, je continue de chercher et tombe sur la méthode Konmari, s’appliquant elle à tous les objets. Ayant accumulé beaucoup d’objets de scrapbooking sans projet : « au cas où », « parce que c’est pas cher et des produits de marque » ; il faudra bien que je me sépare d’une partie avant d’avoir mon premier appart…

Selon elle, la simplicité permet de se focaliser sur l’essentiel. Elle propose un livre intitulé La magie du rangement (trouvable en pdf sur le web) qui souligne les détails et objets useless (des stocks impressionnants de produit en promo, aux descriptions des flacons ou des titres de livres entraînant instinctivement une fatigue visuelle).

Les avis sont très tranchés, soit les personnes adhèrent, soit pas du tout (et critiquent l’auteur avec virulence sur les réseaux sociaux). Certains vont jusqu’à traiter Marie Kondo de folle lorsqu’elle conseille de dire bonjour à sa maison en rentrant ou en parlant d’objet ayant accompli sa mission et pouvant revenir sous une autre forme (culture japonaise). D’autres la prenant au pied de la lettre, supprimant leurs fiches de paie (loi différente au Japon et en France). Beaucoup considèrent que jeter plutôt que donner est une aberration. Elle explique dans son deuxième livre que jeter est dans le sens « sorti de la maison » pour ne rien entasser ou déplacer ces objets. Marie Kondo a juste une méthode qui se veut rapide et visible très rapidement afin de donner envie de continuer. Si l’objet est donné à un proche, celui-ci peut accepter le cadeau plus par politesse que par envie, ce qui reporte le problème et donne un sursis inutilement.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑